Viticulture raisonnée? Le Château Labadie est engagé!

IMG_20190513_093223-compressor-ConvertImage

13 mai Viticulture raisonnée? Le Château Labadie est engagé!

Dans notre famille, nous avons des profils bien plus orientés vers la technique que le commerce. Cette approche nous a permis d’assurer une production stable de raisins, de faire évoluer en douceur la vinification et l’élevage grâce à une maitrise de plus en plus fine des températures, de l’oxygène, du nombre d’opération (pompages, filtrations) ou encore de la quantité d’intrants.

Ces dernières années, nous sommes entrés progressivement, presque sans s’en rendre compte, dans ce que l’on appelle la « viticulture raisonnée ». En quelques mots, nous pouvons dire que cela repose sur trois idées principales:
1) chaque action doit découler d’observations et de réflexions (on ne fait plus rien par habitude ou sans s’assurer que d’autres moyens existent).
2) une traçabilité supplémentaire est mise en place, à la fois pour justifier nos interventions mais aussi pour pouvoir, en cas de soucis un jour, remonter depuis la bouteille jusqu’au pied de vigne en sachant tout ce qui a été effectué.
3) agir en respectant l’environnement: biodiversité, minimisation des intrants/traitements, gestion des déchets…

Nous allons dans les prochains mois, obtenir des certifications environnementales qui attestent de ces efforts. L’objectif est la norme HVE, pour « Haute Valeur Environnementale », probablement en 2020. Cette norme reprend les axes principaux cités plus haut. Elle a été crée il y quelques années, suite au grenelle de l’environnement et en concertation avec les ONG, afin de proposer une norme reconnue nationalement et valable pour tout type d’agriculture. Ce n’est pas à confondre avec la norme AB des produits bio, dont le principe repose principalement sur la non utilisation de produits phytopharmaceutiques de synthèse.

Photo Exemple concret: ceci est notre propre station météo au cœur de nos parcelles. Elle nous permet d’être précis sur les conditions météo locales ainsi que sur les prévisions. C’est très utile dans la planification des traitements et dans la surveillances des maladies de la vigne. En l’occurrence, elle est directement connectée à un logiciel de modélisation du mildiou et de l’oïdium, qui, lorsqu’il est bien renseigné, permet de connaitre quand et comment les maladies se développent. Les conséquences se font vote ressentir, nous adaptons encore mieux les doses et les passages, avec deux avantages à la clé: réduire l’utilisation de produits et mieux protéger sa vigne (et donc sa récolte).

Plus propre, plus économique, plus efficace…